Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le diable roule en maserati

par Lilou 5 Mars 2020, 20:27 Expérience

Le diable roule en maserati

Avertissement : on ne saurait reprocher à Maya sa mauvaise foi après la lecture de ce texte. 

Trois bouchons plus tard, Maya se gare, coupe le contact et sort de sa voiture : elle ira plus vite à la gare à pied. Elle regarde sa montre. Mazette, il est 18:24. La rue est encombrée. Ne pas tenter le diable et filer !

Une énorme voiture s'arrête pour lui permettre d'ouvrir sa portière et de sortir sa valise. Elle prend son bagage et remercie d'un geste le conducteur qui lui sourit.

Vingt minutes. Le portable indique vingt fichues minutes pour arriver à la gare. Et tous les bonshommes rouges se sont donné rendez-vous : autant de petits Lucifer qui forment leur haie d'horreur.

Une voiture lui fait des appels de phare pour la laisser passer. Déjà vue. Elle remercie. Re-sourire. Elle file droit devant elle. Ça sent le souffre.

La perspective de rater son train l'obnubile pour apprécier cette magnifique maserati bleu nuit. Un bolide qui ferait rosir de plaisir son ami Jack. Ses connaissances en automobile s'arrêtent à la couleur de sa voiture : rouge (plus ou moins). 

Elle avance tant qu'elle peut et pestant après la circulation qui commence à être plus fluide. Mais c'était un risque à prendre de continuer en voiture et rester coincée. Elle tourne, s'apprête à traverser et tombe encore sur ce fichu diablotin. L'enfer de Dante. Elle peste. Et la belle bleue lui fait encore de l'oeil. Décidément.

Maya admet qu'elle est jolie. Même si elle conçoit difficilement qu'on puisse mettre autant d'argent dans un tas de ferraille. Elle, elle conduit simplement et utilise son argent pour d'autres plaisirs...

Maya regarde son téléphone. Elle devrait arriver à 44. Devrait. Elle se retourne pour voir si un bus pourrait la sauver. En fait de transport en commun, c'est la belle bleue qui la suit. Le conducteur, un monsieur d'un certain âge, lui sourit. 

Jamais, Maya n'a fait de stop. Jamais. Sait-on jamais (précisément) sur qui elle pourrait tomber. Mais... Dans un bouchon... avec ce monde... Maya réfléchit un moment. Tête de Monsieur respectable, courtois et souriant. Capital potentiel de sociopathie : faible.

Elle frappe doucement au carreau de la voiture arrêtée au feu rouge. C'est ça ou prendre le risque de louper son train. La fenêtre s'ouvre : elle choisit ses (beaux) mots pour rassurer le conducteur (le monde à l'envers), lui demandant si à tout hasard il n'irait pas jusqu'à la gare.

L'habitacle est si spacieux qu'elle peut poser sa valise à ses pieds. Le GPS est aussi gros que sa tablette... peut-être même plus gros. C'est bien la première fois que je fais du stop. C'est assez cavalier mais la perspective de manquer mon train m'y a bien obligée. Et elle s'enfonce dans un siège (et un joli mensonge) qui ressemble à ceux des aéroports, pour les massages...

Mettre autant d'argent dans une voiture. C'est de la folie.

La circulation semble vraiment plus fluide. Maya se surprend à le regretter. Elle irait bien jusqu'à la prochaine gare dans cette voiture. Divine Comédie...

Il y a d'autres priorités dans la vie. Ce type ne doit pas avoir une bibliothèque bien fournie. 

- Et vous êtes étudiante en...?

Maya sourit et remercie le Monsieur : elle a fini depuis belle lurette ses études et est d'ailleurs passée de l'autre côté du miroir.

- Il n'y a pas d'âge pour apprendre !

Il fait une thèse. En lettres. Le sujet a échappé à Maya. 

Il doit vivre dans un grand garage avec une grosse bibliothèque. En Meuse.

Maya est rassurée de voir le gare au loin. Malgré tout. Elle le remercie et lui dit qu'elle va descendre au prochain feu rouge - autant continuer à profiter de ce haie d'honneur après tout. Elle s'enquiert de son chemin, espère qu'il n'a pas fait de détour. Que nenni, il habite dans la quartier de la gare, à deux pas. 

Maya remercie son sauveur, sort et lui fait un signe amical. La belle bleue s'avance. Clignotant. L'envie... Comme un clin d'œil à son péché, le trident passe devant elle... Maya voit s'ouvrir un peu plus loin un portail électrique en fer forgé.  La Maserati s'y engouffre. Maison art nouveau.

Avec garage.

Maserati.

Et bibliothèque. 

Mazette.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page