Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Insomnia

par Lilou 15 Octobre 2020, 03:41

Insomnia

Les clenches...

Maya s'arrête un instant, un chiffon rose dans sa main gantée. Elle réfléchit. Clanche ou clenche ? Voyons... enclencher. Donc clencher. Donc clenche. Mais clencher n'existe pas. Et puis ne doit-on pas dire poignée de porte ? L'Académie française l'a-t-elle intégrée dans son dictionnaire ?

Elle résiste à OK Google. Il y a plus important à faire : nettoyer les interrupteurs. Ces derniers, au moins, ne souffrent aucune hésitation. À part peut-être des fétichistes du bouton poussoir.

Positive. La voix de l'infirmière était si douce que Maya a été dans l'incapacité de l'associer à la dureté de la nouvelle. Elle lui a fait répéter. Positive. Maya s'était fait la remarque que c'était débile de qualifier de positive une chose négative. Ils auraient pu prendre le temps de trouver une autre formulation. D'ordinaire, quand elle se dit positive, elle est optimiste. Dorénavant, elle est pessimiste du fait d'être positive. Elle aurait aimé se dire négative. Négative, elle en était sûre ! Elle est si optimiste ! Mmm... Ne pas penser.

La serpillière, maintenant. Maya a l'impression d'être sale. Après le ménage du week-end, elle a besoin de tout recommencer. Laver. Aérer. Faire des lessives. Changer les draps. Passer des lingettes désinfectantes. Bombe humaine, Maya se sent. Combien de personnes a-t-elle pu contaminer ? Ne pas penser. 

Bonne idée : Maya lance le titre de Téléphone. Chante à tue-tête. Elle a encore un peu de fièvre mais cela va mieux. Elle est fatiguée de vivre sur la planète COVID depuis lundi soir. Fatiguée d'être en colère après cette femme qui savait son mari cas contact, ne portait pas le masque pour la recevoir dans son bureau, a été diagnostiquée vendredi pour ne prévenir que lundi soir. Maya, évidemment, a immédiatement mis tous ses groupes de travail au courant.

Fatiguée de ressasser cela. 

On ne va pas refaire le film. 

Sonnerie. WhatsApp. Maya grogne. C'est qu'elle est en colère, ne l'oublions pas. Et quand elle est en colère, elle est très injuste. Elle parle de ''masse bêlante'', de ''mièvrerie'' de certains collègues qu'elle connaît à peine et qui lui adressent des ''prends soin de toi''. C'est l'expression à la mode, le réflexe, le truc mécanique. Comme le "salut-ça-va?" Une coquille vide qu'on entend partout. 

Sonnerie. SMS.

- [blablabla] Prends soin de toi.

Par la fureur du dragon. Maya fulmine. Elle peste tout haut :

- J'aurais dû leur préciser ''ni fleur, ni couronnes, ni mièvreries'' ! 

Une délicieuse odeur de café l'empêche de poursuivre. Le ronronnement de la cafetière l'apaise soudain. Elle agit comme un gros matou ventru qui se pose sur ses genoux et fait gentiment ses griffes, les paupières mi-closes, réclamant des caresses. 

Allez, Maya, tu n'as pas fait les poignées des meubles de la cuisine. Tiens, prends une lingette désinfectante, ça ira mieux. 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
commentaires

Haut de page