Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2010 1 16 /08 /août /2010 10:00

  

 

-         Une bouteille d’eau ? Non mais tu n’y penses pas sérieusement ?

Cela faisait des mois qu’elle attendait ce week end, bien qu’un peu Bo-Bo : quoi de plus cliché que Honfleur, ses boutiques d’artistes hors de prix et ses restaurants offrant une vue sur le port assez belle pour vous faire avaler la médiocrité des plats sans ciller ? Qu’importe : Maya était très heureuse de retrouver ses petites habitudes qu’elle affectionnait tant.

Rien n’aurait pu gâcher son plaisir : elle avait choisi, avec beaucoup de soin son… accompagnateur. Le candidat devait présenter au moins deux qualités premières : l’autonomie et la capacité à tenir sa langue plus d’un quart d’heure. Après trois journées de test, réussies haut la main, Eric avait appris, en des termes plus flatteurs, qu’il ferait partie de ses bagages pour cette virée.

Taciturne et même mieux : quand il ouvrait la bouche, seuls, des propos sensés en sortaient. Il n'était pas de ces gens allergiques au silence, ceux qui ne supportent pas le moindre blanc dans la conversation. Ces espèces de cimentiers, elle ne s’en était jamais cachée, avaient toujours eu le don de la hérisser. Quoi de plus pitoyable comme spectacle que de les voir boucher les trous à grand renfort de taloches pleines de mortier ? Arrivait toujours le moment où ils n’avaient plus de ciment et là, son exaspération était à son paroxysme : toujours obnubilés par leur taloche, ils continuaient à tartiner, avec ce qu’ils avaient sous la main. Dans ces conditions-là, toute personne correcte s’efforce à retenir sa mâchoire, à garder ses lèvres soudées mais ne parvient pas à maîtriser sa grimace - la grimace caractéristique de celui qui veut bâiller. Maya n’avait jamais eu ce souci : la seule marque de politesse qu’elle concédait, c’était de mettre négligemment une main devant sa bouche…

Ainsi, cet Eric-là semblait parfaitement convenir. Jusqu’au moment où ils entrèrent dans cette superette. Il possédait un modeste appartement sur les hauteurs de la ville, assez retiré, aussi fallait-il faire quelques courses avant de s’y rendre. Une bouteille d’eau, oui, c’était une bouteille d’eau qui allait être le minuscule grain de sable qui ferait dérailler la machine.

Les plats cuisinés, il n’en était point question. Maya pensait que c’était par souci de mijoter quelque chose de convenable. Soit. Mais les bouteilles d’eau ? Il l’avait presque reposée rageusement dans le rayon. L’espace d’un instant, pleine d’espoir, elle avait pensé que le vin rouge allait divinement remplacer le breuvage des grenouilles. Elle se rendit compte, avec une acuité certaine qu’elle faisait fausse route :

-         Ils vendent des filtres pour ça. C’est ce qu’il faut acheter. Ca limite les conditionnements.

Maya éclata de rire, pensant à une blague. Elle fit même l’effort d’aller dans son sens :

-         D’accord, mais demain, je vais courir. Tu veux que je le mette où, ton filtre ? Au bout d’une source ?

-         Il y a des gourdes pour ça.

Hé, hé ! Elle pensait pourtant qu’il remplissait toutes les conditions pour faire un accompagnateur de rêve. La voilà condamnée à passer son week end avec un forcené de l’écologie. Le cauchemar parfait.

L’appartement était à dix minutes du port, en voiture. Il était facile à repérer puisque c’était le seul qui possédait un récupérateur d’eau de pluie. Allait-elle goûter aux joies de la douche froide ? En bas de la cage d’escalier, des vélos annonciateurs de terribles courbatures semblaient se gausser de Maya. Prête à faire demi-tour, elle se ravisa : à une heure si tardive, il n’y avait aucun moyen de trouver un logement en ville, encore moins une chambre adaptée à son porte-monnaie. Encore fallait-il arriver au port avant l’aube !

En montant les escaliers, interminables, elle se concentra de toutes ses forces pour trouver le fameux plan B, celui que les héros ont toujours sous le coude dans les films. La lumière fut, par miracle, lorsqu’ils atteignirent le palier où vivait Eric.

   AAA.jpg

Une lueur d’espoir. Pas mal, pour ce palier équipé d’ampoules à (très) faible consommation. Un grognement de mécontentement s’échappa de son ours d’hôte à la vue de ces splendides bouteilles.

-         Et en plus, il ne les met pas au tri !

« il » ! Donc un homme, un seul, qui boit de la bière. Trois qualités servies sur un plateau : c’était le plan B qui lui venait tout droit du ciel.

-         Mets-toi à l’aise je vais préparer le dîner : un taboulé quinoa. C’est facile à faire et ça permet de manger frais et équilibré : il y a plus de cinq légumes, exactement ce qu’il est recommandé de manger pour être en bonne santé.

Si elle n’avait pas été sûre de sa contraception, Maya aurait identifié différemment la nausée soudaine qu’elle peinait à retenir! Elle fonça vers dans la salle de bain, le lieu qu’elle chérissait tant d’ordinaire. Une autre surprise l’y attendait : d’horripilants rubans adhésifs pendaient au plafond. Noirs de mouches.

-         Ecoute, je ne vais tout de même pas acheter des bombes d’insecticide ! Tu réalises les dégâts !

Maya ferma vite, très vite la porte. Elle jeta un dernier regard sur ces horribles tue-mouches et fouilla dans son sac pour en sortir sa plus belle nuisette. Elle fila dans la cuisine et, entre deux gorgées de lait de soja, s’empara discrètement du sel. Quand Eric se mit à le chercher, elle se proposa immédiatement d’en demander au voisin…

Et voilà comment, deux heures plus tard, elle sirotait sa troisième bière chez un illustre inconnu. L’histoire ne dira pas s’il s’était agi d’un charmant jeune homme : ce serait trop simple, un peu hollywoodien, même. Une chose est certaine : tel le Corbeau de La Fontaine, elle jura, mais un peu tard, qu’on ne l’y reprendrait plus.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilou - dans Expérience
commenter cet article

commentaires

Yan 18/08/2010 16:41



Ouais, la photo, j'm!



Lilou 18/08/2010 16:54



Prise par un pro en la matière, je confirme



Pierrot 18/08/2010 16:40



Ca, c'est une photo! Y'a donc du vrai?



Lilou 18/08/2010 16:57



Oui, il y a une petite partie de vrai! C'est fou: les gens espèrent toujours que les histoires qu'ils lisent soient réelles...



La bonne Fée 18/08/2010 16:38



T'es trop drôle! J'adore!



Lilou 18/08/2010 16:55



Merci!



Zaza 17/06/2010 22:56



Fable des temps modernes! Curieux, ça mparle + que la fontaine!



Lilou 04/07/2010 18:37



La Fontaine a des émules!



Tue Mouche 16/06/2010 15:08



Quoi, vous avez un problème avec les tue mouches?



Lilou 16/06/2010 15:19



Bienvenue!


Mais enlève les mouche que tu as sur le dos d'abord...



Zaza 16/06/2010 15:01



ah oui, les tue mouches: beurk! y'en avait chez ma grand-mère à Marseille: trop cra-cra!



Lilou 16/06/2010 15:18



Carrément HORRRIBLE!



blublu 04/06/2010 10:13



cette histoire étéait géniale, j'ai bien rigolé!!! tu ne m'avais rien dit de tout ca cachottière! pour moi aussi c'aurait été un véritable cauchemard!bien vu la photo! biz



Lilou 04/06/2010 20:05



rien dit parce que c'estle fruit de mon imagination!!!


Quant au photographe, il existe bel et bien!



Qui Suis-Je?

  • : ... Lilou!
  • ... Lilou!
  • : "Toute ressemblance avec des faits et des personnages actuels ou ayant existé serait purement fortuite et ne pourrait être que le fruit d'une pure coincidence..."
  • Contact

Recherche

Dernières Nouvelles...

Pages

Liens