Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 09:57

bichat

 

       Il est des fois où l’on assiste à d’étranges événements sans pour autant pouvoir faire quoi que ce soit…

Rue Bichat, à Nice, habite une amie d’enfance – encore une Lorraine exaspérée par la pluie et le froid de nos hivers, qui pense que la neige sera moins blanche ailleurs.
Infirmière à domicile, Laïla se rend tous les matins chez Anna Maria Cassagrande, sa quinquagénaire de voisine, fière d’être niçoise depuis neuf générations. La Lorraine savoure sa chance d’habiter l'interminable rue Bichat qui compte parmi ses occupants de vrais niçois d’un certain âge : les trois quarts de sa clientèle sont à portée de main, un luxe au regard du prix de l’essence.
Jeudi dernier, arrivée devant chez les Cassagrande, elle réalise que tout est fermé. La porte est close et, parterre, elle a la surprise de trouver le fanion « Nissart per tougiou » auquel le mari Gustave est si attaché. Tout est fermé. Sur le balcon où le couple aime à prendre son petit-déjeuner, tout en lisant les nouvelles de bon matin, volent des pages de Nice matin çà et là. La petite table, qui n’est pas desservie, semble indiquer un départ précipité.
Le portable du couple indiquant étrangement un numéro invalide, Laïla finit par se diriger vers le poste de police. Anna Maria, blessée suite à une chute dans les escaliers, ne peut se passer de soins, ni même de médicaments. Un tel départ précipité est inquiétant.
Courante main courante. Le regard dubitatif de l'officier de police en dit long. Le couple a le droit de s’évader un peu si cela lui convient, après tout.
En fin de semaine, c’est une autre disparition dans le quartier nissart que constate mon amie. Les Scaruduelli garent systématiquement leur simca de collection devant leur portail. Après son départ, tous les samedis matins, ils ont pour habitude de se rendre directement au marché. C’est un couple de retraités qui aime la routine et est profondément attaché à ses habitudes. Non seulement leur petit bijou de collection n’est pas là mais, une fois encore, tout est fermé.
Cours toujours pour avoir une main courante.
Dimanche, la voiture des Aubert n’est plus là. Lundi, les Canigiani semblent avoir mis la clé sous la porte. La rue se vide, doucement mais sûrement. Un mauvais film. Mauvais film auquel personne ne semble pourtant vouloir accorder d’importance.
Je tombe des nues en écoutant Laïla me raconter ces étranges événements, chaque jour. Petit à petit les rumeurs les plus folles circulent – sans jamais trouver la moindre place dans les colonnes du journal local. De l’improbable enlèvement par des extra-terrestres aux règlements de compte d’une mafia locale, force est de constater que les piliers de bars du Cadran ne doivent pas connaître l’angoisse de la page blanche.
« Ce n’est qu’une rumeur ! » Voilà comment, d’un revers de main, les officiels de Nice expliquent leur incompétence. Une rumeur.
En attendant, ce matin, au téléphone, j’apprends que rien n’a été fait. La rumeur est restée à son état embryonnaire : on ne cherche aucune explication. Pas d’enquête pour disparition inquiétante. Pas d’experts, ni même d’agent du NCIS. On n’en demande pas tant! Un type aux vagues allures de Colombo suffirait. Allons bon ! Les gens disparaissent, les trottoirs se vident, la buraliste met la clé sous la porte, les petits commerces ferment les uns après les autres mais personne ne s’inquiète !
Lasse, Laïla s’est décidée à quitter sa rue fantomatique : la rumeur la fait fuir. A quoi bon rester ? Après tout, c’est peut-être prendre des risques. Ce matin, ses valises sont prêtes. Elle ouvre le coffre de sa voiture, y dépose ses bagages. Nostalgique, elle contemple une dernière fois le rue Bichat, déserte. Plus aucune trace de vie. Ah, elle s’y était si bien intégrée ! Soudain, une explication lui vient à l’esprit. Une explication des plus élémentaires quant à l’origine de toutes ses disparitions.
Il faut dire que, petit à petit, la rue meurt.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilou - dans Expérience
commenter cet article

commentaires

Monica et la mer 16/07/2012 17:36


jolie  histoire policiére  j etais dedans et lue jusqu à la fin


 mais cà aurait trés bien pu exister , les places sont si chéres à NICE


 bonne  soirée lilou

Lilou 21/07/2012 11:29



Hé, hé! Bonne journée à toi aussi ;)



Eric 16/07/2012 11:38


Aaaaah,  la chute!!!!

Lilou 29/07/2012 15:51



Hé, hé ! Bonne jounrée, Eric ;)


 



Qui Suis-Je?

  • : ... Lilou!
  • ... Lilou!
  • : "Toute ressemblance avec des faits et des personnages actuels ou ayant existé serait purement fortuite et ne pourrait être que le fruit d'une pure coincidence..."
  • Contact

Recherche

Dernières Nouvelles...

Pages

Liens