Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2013 6 16 /02 /février /2013 15:49

Je n’ai jamais lu de livre de Musso ou de Lévy. Je ne pense pas que cela me plairait. Néanmoins, il en faut pour tous les goûts et je salue leur mérite de redonner aux gens l’envie de lire.

       - On n’a pas cherché véritablement, et c’est vrai, cette sortie à 15 jours d’intervalle !

Ce sont les propos de l’éditrice de Marc Lévy… ou Guillaume Musso, je ne sais plus. En tout cas, elle semble obnubilée pas l’idée de sonner vrai. Voilà ce qui agite le petit monde littéraire : la gué-guerre entre Marc et Guillaume. Passionnante. Qu’est-ce qu’on s’en fiche de savoir qui a copié sur l’autre, qui a publié en premier, qui est le plus lu ?

- Ben c'est qu’ça fait vendre du papier, ma p'tite Dame! Z'auriez pas une p'tite idée? J'ai rien écrit depuis deux jours...

Ainsi, une fois encore, les médias montent tout en épingle : il faut présenter au public du sang, des tripes et des boyaux. Des écrivains qui s’apprécient, un petit monde de Bisounours, c’est tellement fade. Il faut de la haine ou vous être priés d’aller proposer vos papiers ailleurs.

Par les temps qui courent, on a besoin de ça, évidemment. De mauvais sentiments étudiés à la loupe. Musso est passé devant Lévy en matière de publication. Le choc frontal est d’autant plus exagéré, que le premier a publié avant le second. Forcément, ça devait bien arriver : les écrivains se disputent les mêmes lecteurs, avec les mêmes intrigues.

Marc Levy a l'habitude de dominer le marché des best-sellers. Les journalistes estiment donc que le triomphe de Guillaume Musso l’irrite. Musso, le jeune concurrent se défendrait en mettant en avant son âge, faisant, mine de rien, passer son concurrent pour un has-been.

Les journalistes rongent leur os jusqu’à la moelle. Ils décortiquent les titres des écrivains : Musso ferait toujours écho à Lévy. Quand Lévy écrit « Où es-tu ? » Muso opte pour « Seras-tu là ? ». « Sept ans après » fait écho à « Si c’était à refaire »… Mouais… des clins d’œil qui agacent.

La France serait donc trop petite pour deux écrivains comme eux ? Oh, qu’est-ce qu’on peut lire comme inepties. Entre les marronniers qui nous ont fait bouffer de la Saint Valentin pendant une semaine à toutes les sauces jusqu’à la nausée, et ces récits ineptes, on sent que la peur de la page blanche guette les journalistes. Les pauvres s’accrochent à leurs bouées de sauvetage: c'est tellement creux que ça flotte.

            - Eh oui, M’sieurs, ’dames, les temps sont durs. Vous n’auriez pas une p’tite histoire à m’raconter pour mon prochain papier ? Ça me permettra de m’payer mon sandwich.

          - Ben oui ! Vous leur donnez de quoi faire et ils vont se souler la gueule avec les fric qu’ils vont gagner. Et la gueule de bois, elle s’ra pour nous.

        Les sots sont ici-bas pour nos menus plaisirs, écrivait la marquise de Merteuil. Lisez donc Laclos! Même si vous l’avez déjà fait...

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilou - dans Expérience
commenter cet article

commentaires

Qui Suis-Je?

  • : ... Lilou!
  • ... Lilou!
  • : "Toute ressemblance avec des faits et des personnages actuels ou ayant existé serait purement fortuite et ne pourrait être que le fruit d'une pure coincidence..."
  • Contact

Recherche

Dernières Nouvelles...

Pages

Liens