Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 00:32

Dans quel état suis-je à l'heure-là!!! Pliée en deux, courbaturée, épuisée. A cause de deux Mitch qui se sont incrustés dans notre cours ce soir...
Notre salle de sport est une structure modeste, très conviviale, avec des profs géniaux. Sandrine nous a fait le cours de cardio thaï boxing ce soir et a enchaîné sur les abdos... en laissant les rênes à une stagiaire, quel bonheur! C'était un petit bout de bonne femme filiforme qui avait dû s'imaginer dans une sorte de Club Méd - le genre d'endroit où tout le monde se reluque à fond et où l'on doit être nickel. 
  aaabdo
 
Déjà, sa tenue n'augurait rien de bon: une sorte de treillis assorti à un T-Shirt ultra moulant kaki. Loin de nous attendre à la suite, Schoen et moi bavardions dans la plus grande insouciance quand elle a débarqué. Un second signe aurait dû, pourtant, nous mettre la puce à l'oreille: deux Mitch sortis de Dieu sait où, étaient arrivés, souriants - des sourires ultra-bright de mecs ultra-grillés-aux-UV.  

Et la séance de torture a commencé. Un truc à côté duquel le Marquis eut semblé bien minable. Un truc qui vous fait découvrir des muscles dont vous n'aviez jamais, jusqu'alors, soupçonné l'existence. Les encouragements dynamiques de Sandrine ont laissé place à des aboiements terrifiants et des exercices carrément IM-PRO-BA-BLES. Six ans d'abdos ne semblaient alors plus qu'une énorme illusion, un mirage. Une farce, même.
Vingt minutes se sont écoulées sans avoir laché du regard, ne serait-ce un instant, l'aiguille des secondes de l'horloge qui semblait avoir le souffle bien court.

- Bien... ça va?

Deux minutes restaient: on devait enfin voir le bout du tunnel. L'optimisme tue, la plupart des gens l'ignorent. Y'avait un sorte de rictus sur ses lèvres de cette hommasse qui me permettait d'envisager le pire.

- Oh, oui! ont répondu avec assurance les deux Mitch Bukanon.

J'aurais voulu les écraser contre le mur. Soulevant un sourcil provocateur, notre tortionnaire a annoncé, d'une voix de stentor:
- Ah bon? Et bien mettez-vous sur le ventre! Vous allez faire la planche. Ne levez pas trop les fesses, mettez-vous sur la pointe des pieds et tenez-vous sur les coudes.
Chic, ça, je savais faire (six années d'entraînement)! Fièrement, j'ai obtempéré. J'étais si contente de moi que je me suis risqué à lui lancer un sourire complice: alors, je me débrouille bien, hein? Fayoter n'apporte que des emmerdes, j'allais le comprendre avec une acuité certaine.
- Maintenant, vous avancez, un coude devant l'autre! Allez! Hop, hop, hop! Un peu plus vite! Ne levez pas les fesses plus haut! Allez, on ne s'arrête pas!
Pour parfaire le décor, il ne manquait plus que du grillage au-dessus de nos têtes, des obus lancés à quelques mètres de nous, de la boue et, tiens, des rats. Ambiance commando authentique. Trouffions terrorisés.
La dernière chose dont je me souvienne, c'est ce regard haineux lancé par dessus mon épaule à l'attention des deux Mitch. Avant de m'effondrer lamentablement sur le tapis.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilou
commenter cet article

commentaires

Ju 28/10/2011 10:10


et c'est comme ça dans toutes les salles de sport de France et de Navarre;)


Lilou 12/11/2011 15:30



Hé, hé! Ca rassure de voir que je ne suis pas la seule à m'écrouler après les exerices (ou avant)! 



Qui Suis-Je?

  • : ... Lilou!
  • ... Lilou!
  • : "Toute ressemblance avec des faits et des personnages actuels ou ayant existé serait purement fortuite et ne pourrait être que le fruit d'une pure coincidence..."
  • Contact

Recherche

Dernières Nouvelles...

Pages

Liens