Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 22:34

Nous aurions dû nous voir en novembre mais, pour des raisons que, seule, la psychologie masculine peut expliquer, alors que j’étais chez lui à Marseille, il était chez moi, en Lorraine…

Bref, nous nous retrouvons aujourd’hui, Karim et moi, le temps d’une journée qui s’annonce bien. Trente minutes après l’heure du rendez-vous, j’arrive enfin. Un psychologue (la profession aurait du travail avec nous) pourrait aussi l’expliquer : il m’est absolument impossible d’être à l’heure. Monsieur porte ses lunettes de soleil, façon marseillaise :

-        Enfaing, tu arrives ! Jeu commençais à craindre les paparazzi !

Pour faire simple, je ne retranscrirai pas l’accent de mon cher Karim – d’autant qu’en réalité, il est Lorraing, peuchère !

A la recherche d’un bon restaurant, on s’est arrêté net devant un italien dont la carte était carrément alléchante. En matière de paparazzi, il ne croyait pas si bien dire : les caméras nous ont accueillis dans le restau qui exploitait un nouveau concept. Enfin, nouveau, pour notre contrée reculée. A table, la serveuse a apporté les cartes : aucun prix n’y figurait.

-        Comme vous allez le voir, les tarifs ne sont pas sur la carte. C’est à vous de les fixer. Donc vous commandez, vous dégustez et, ensuite nous vous donnons un carnet dans lequel vous inscrirez ce que vous avez consommé. Ce sera alors à vous de dire ce que ça vaut.

Votre réaction, je l’imagine, est la même que la mienne : on commande, on déguste et on fixe les prix, à la (grosse) baisse. Qui n’a jamais rêvé de se barrer d’un restau sans payer, hein ? Voyons donc :

-        pour commencer, champagne, forcément, histoire de fêter nos retrouvailles

-        chianti, pour accompagner des lasagnes

-        tarte aux pommes, tiramisu

-        café, café et… café – parce qu’après, faut assurer les cours, les yeux en face des trous

Le repas est délicieux : le vin, un petit bonheur et les plats à se damner. Avec ça, le personnel est très sympa, le cadre agréable : autant d’éléments qui décourageraient le plus pingre des pingres.

 

aaa.jpg
Au jeu du juste prix, c’est moi qui ai fixé les tarifs et Karim qui les a écrits à la (petite) baisse, sur le calepin. Résultat : 60 euros. On est loin des deux euros auxquels on s’était pris à rêver tout à l’heure. Nos espoirs d’économie sont partis en fumée, tout ça à cause de cette chose qui nous empêche de faire ce qu’on veut, cette petite voix communément appelée conscience – paraît qu’on l’a tous en option. Forcément, c’est en misant sur cette maudite conscience que ce business peut marcher. Cette… chose devrait être cotée en bourse, même en temps de crise, c’est une valeur sûre…

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilou
commenter cet article

commentaires

Qui Suis-Je?

  • : ... Lilou!
  • ... Lilou!
  • : "Toute ressemblance avec des faits et des personnages actuels ou ayant existé serait purement fortuite et ne pourrait être que le fruit d'une pure coincidence..."
  • Contact

Recherche

Dernières Nouvelles...

Pages

Liens