Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mars 2009 7 22 /03 /mars /2009 12:54
S'il pleut aujourd'hui chez vous ne cherchez pas plus longtemps le coupable, puisque c'est moi: j'ai décidé de mettre un terme à la longue trêve d'hiver et de reprendre le jogging ce matin... Mea culpa.
Quatre longs mois d'interruption ont fini par me sembler un chouia abusifs. Le responsable?
- Ben, c'est qu'il froid, plaida la paresse en se cachant derrière ce piètre argument.
Au programme: courses jusqu'au parcours santé et six tours. Et c'est bon. On se motive!
Le premier tour, tout va bien: ce n'est que le début, j'ai bonne conscience, et je trottine sourire aux lèvres. Entre le deuxième et le troisième, toutefois, je me concentre davantage sur ma respiration, prête à m'arrêter à tout moment en me disant que c'est déjà mieux que rien et que je ferai mieux la prochaine fois. Mais il y a comme une dualité en moi qui me dit que si je m'arrête là, c'est la fin: je peux brûler mes mini-jupes et m'acheter une dizaine de pantalons. Larges, les pantalons. Arrivent en face deux nanas à la foulée inhumaine, qui bavardent, rient même. Ainsi, le dopage touche aussi le commun des mortels. Mais... je les connais!

- Salut Lilou! Ca va bien?
-'lut! Oui!
Sept syllables, parfaitement articulées, prononcées à haute voix, pausément, gaiement, contre deux syllables inaudibles qui ont failli me faire rendre l'âme: vous voyez le tableau.
- Non! aurais-je dû leur répondre honnêtement. En plus, ça m'aurait fait économiser une syllable.

Quatrième tour. Maudits soient mon boulanger, mon pâtissier, Ronald Mc Donald, tous les vignobles et toutes les brasseries de France et de Navarre. Perdue dans ces délires, je ne remarque pas tout de suite ce grand brun qui me guette ostensiblement, bouche grand ouverte. Sa musculature est la caractéristique majeure du bon coureur. D'ailleurs le voilà qui s'élance vers moi, sans crier gare. Pourquoi moi? Que dois-je faire? Fuir? Pfff, reste lucide! Ignorer? Ca manquera de naturel. Donner un violent coup de pied? Mouais. De toute évidence, il aurait plu à mon voisin J-P, et pour cause:  il possède un élèvage de clébards de ce genre.  C'est donc un immense berger allemand qui est en train de cavaler vers moi, en me regardant comme si j'étais un déjeuner sur pattes - comparaison peu glamour, je vous l'accorde. Dans une émission sur les clebs, il y a quelques jours, j'avais entendu qu'il ne fallait surtout pas les regarder dans les yeux car c'était pris comme une provocation. Trop tard. Bon sang, fallait pas le regarder! En même temps, il me paraît difficile d'ignorer une bête folle furieuse qui vous course. Un coup d'oeil derrière le monstre révèle la présence de son maître. Cette espèce de sadique observe, impassible, la scène et attend la dernière minute, les dix dernières secondes, pour crier:
- Au pied!
Comme foudroyé, la bestiole s'arrête net, s'assied sur son arrière-train, mais continue à me regarder comme un potentiel garde-manger.
-Oh, ne vous inquiétez pas: il est gentil!
C'est ça oui. Le maître affiche un sourire fier, une satisfaction évidente. Qu'est-ce que j'en ai à faire de ton dressage, pauv' type? J'écume de colère mais m'évertue à me calmer, parce qu'au même titre qu'un " 'lut! Oui!", ça vous coupe le souffle.
Cinquième tour. Devant le banc si confortable, je me dis "encore une fois", devant le groupe de jeunes fumeurs, je me dis "encore une fois", devant le jeune papa qui apprend à son fils à faire du vélo mais pas à éviter les joggers, je me dis "encore une fois". Encore une fois et j'ai réussi ma reprise.
Sixième et dernier tour. Ce doit être cette histoire d'endorphine: je suis prête à débiter des trucs plus délirants les uns que les autres: "gloire à weight watchers", "vive la cuisine à la vapeur", "mangez des pommes!" Je me sens super bien et me permets même d'allonger ma foulée. Ouaw, vive le sport! Tiens, je vais peut-être même faire un septième tour!
Mais je retrouve vite la raison.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Anne 23/03/2009 11:32

Sache que si tu ne parviens pas à rentrer dans tes fringues d'été, je peux te prêter mes vêtements de grossesse!
Oups, je dis des bêtises: je les porte encore... -)

Lilou 23/03/2009 23:54


Merci ma chère, tu es si... attentionnée!
Vais choisir cette solution en dernier, mais vraiment tout dernier recours.


Qui Suis-Je?

  • : ... Lilou!
  • ... Lilou!
  • : "Toute ressemblance avec des faits et des personnages actuels ou ayant existé serait purement fortuite et ne pourrait être que le fruit d'une pure coincidence..."
  • Contact

Recherche

Dernières Nouvelles...

Pages

Liens