Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 février 2016 3 17 /02 /février /2016 10:15

            Après deux nuits trop courtes, Maya se décide à faire une sieste en rentrant de son travail. Une après-midi libre, un luxe…

            Hyperactive et hyper fatiguée, même si elle en a rêvé deux jours durant, Morphée la boude. Son regard se promène sur la bibliothèque, faiblement éclairée par les volets mal descendus. Ses paupières se ferment. S’ouvrent. Frustrée. Elle se redresse, contemple les étagères, maintenant que ses yeux se sont habitués à l’obscurité.

 

            Il y a ce petit coin qu’elle aime bien, dans lequel sont rassemblés quelques trésors. Un exemplaire du Liverpool Echo, datant de la mort de John Lennon, précieusement emballé pour le préserver. Les liaisons dangereuses, dont elle se plaît à relire quelques lettres, de temps à autre. Et cette cassette audio, à côté d’un paquet de lettres entourées d’un ruban. Rouge sang.

 

            L’enregistrement s’était fait quelques temps avant de passer les épreuves du bac. Mathilde, dont les parents habitaient Delme, avait un appartement à Nancy. Ce fut le début de la liberté. Maya se souvient de ces longues soirées entre révisions de philo et conversations frivoles tournant principalement autour des garçons.

 

            Maya sourit, dénoue le ruban, se saisit des lettres qu’elle passe en revue, comme pour les compter. Elle regarde l’écriture de Mathilde et a l’impression d’entendre son rire. C’est curieux comme les mots peuvent être puissants. Elle refait le flot, soigneusement.

 

            La cassette. C’était un soir, à vingt-deux heures. L’heure Max et Génie, l’émission vers laquelle se tournaient tous les ados d’alors parce qu’on ne parlait pas trop de ça, avec les parents. Mathilde avait appelé pour témoigner sur le thème du coup de foudre, sur un coup de tête. Une envie folle de passer à la radio. Maya adorait sa folie. Elle en a gardé le goût. Elle s’était saisie de la première cassette qui lui était tombée sous la main pour enregistrer cette grande première. Elle était loin, alors, d’imaginer qu’elle allait longtemps l’écouter…

 

            Maya n’a plus de quoi écouter cette cassette. Elle se dit qu’elle trouvera un moyen de la numériser. Et puis, elle oublie. Et c’est peut-être mieux ainsi. Elle la connaît par cœur et appuie sur le play de sa mémoire... Mathilde salue Max et Génie, de sa voix enjouée, de sa voix qui aime la vie, et raconte, pendant près de dix minutes, son improbable coup de foudre. Une histoire complétement inventée mais narrée avec tant d’enthousiasme qu’on ne peut que la croire. Maya secoue la tête en souriant : les animateurs boivent ses paroles et la questionnent. Ils finissent par la féliciter lorsqu’elle annonce son mariage.

 

            Mais dix minutes, c’est court. Arrive le moment de la pub. Max et Génie saluent Mathilde après l’avoir remerciée de son appel. Sa réponse n’est pas coupée, comme souvent, par le jingle. Non, on l’entend distinctement répondre.

 

Merci à vous ! Allez au revoir !

[PLAY]

 

            Maya se décide à ranger les lettres et la cassette. Elle allume sa chaîne, y glisse un CD. Jacques Brel chante si bien Mathilde.

 

            Les premières notes de musique font battre son cœur. Elle a le souffle court, pendant quelques secondes. Puis elle se reprend et chante avec Brel. Elle s’envole d’un sentiment à l’autre. Pleine d’espoir…

 

Souvenez-vous quand je vous pleurais dessus

Mathilde est revenue

 

            Maya chante, habitée par une joie immense. Elle se sent Brel. Et Mathilde va revenir ! Elle chante, monte le son, serre ses poings, convaincue. Son cœur s’emballe, elle a chaud, elle tremble.

 

Mon cœur, arrête de bringuebaler

Souviens-toi qu'elle t'a déchiré

 

            Et puis il y a ce terrible moment qui doit arriver, elle le sait. Sa gorge se serre. Son regard s’embue. Elle se défend par la colère :

 

Mes amis, ne me laissez pas, non
Dites-moi, dites-moi qu'il ne faut pas
Maudite Mathilde

 

            Maudite Mathilde. Elle appuie sur les mots comme pour lui faire mal. Elle ne termine pas la phrase. Mathilde Junges ne reviendra pas. À cause du platane qui se trouvait au bord de la route.

 

 

 

            Je referme le boîtier et range la cassette. 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilou - dans Musique!
commenter cet article

commentaires

ERIC 18/02/2016 23:14

Je l'écouterai plus comme avant cette chanson.

Lilou 19/02/2016 11:42

Moi, je l'écoute seule, de temps en temps. En revanche, je n'aime pas l'entendre par hasard.

Qui Suis-Je?

  • : ... Lilou!
  • ... Lilou!
  • : "Toute ressemblance avec des faits et des personnages actuels ou ayant existé serait purement fortuite et ne pourrait être que le fruit d'une pure coincidence..."
  • Contact

Recherche

Dernières Nouvelles...

Pages

Liens