Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 septembre 2014 4 04 /09 /septembre /2014 18:33

      Il est des écrivains et philosophes des temps modernes qui expliquent ces phénomènes de violences récurrents dans les pays occidentaux par le manque de guerres. En effet, ils n'ont pas vécu de guerre à proprement dit sur leur territoire depuis plus de 60 ans. L'Homme serait donc victime de ses gênes et de ses instincts. Ces pulsions violentes seraient comparables à une drogue qui nous ronge et nous pousse à combler ce manque d'une façon ou d'une autre. Le sport est censé remplir cette fonction. À l’évidence, il ne suffit pas.

 

          En matière de publicité, même pour ce qui concerne le tri des ordures ménagères, avouez que le Conseil Général de la Moselle est allé dans la provoc’, alliant, en un magistral tour de main, violence et machisme. 

La violence, ce besoin naturel de l'Homme.

            Il n’en fallait pas plus pour faire bondir les Chiennes de garde – entre autres. Des arguments ? Faut-il vraiment faire une analyse de la photographie ? Eh bien allons-y :

·         Corps de femme découpé (comme dans de sordides affaires de meurtres bien réelles) et mis dans un sac poubelle

·         Esthétisation de la violence et du meurtre des femmes (sac poubelle ajusté comme un vêtement de latex mettant en valeur les formes féminines)

·         Parallèle entre la minceur (« régime minceur ») et la mort (mal-être pouvant conduire au suicide)

·         Lien de la poubelle serré au niveau du cou de la femme : idée de mort par strangulation, asphyxie,

·         Symboles phalliques : bouteille dressée, reste de banane…

·         Association ordures / femmes avec les images et le slogan « Jetons mieux, jetons moins »

·         Haine et meurtre des femmes : se débarrasser du corps d’une femme en la coupant en morceaux.

                Évidemment, l’incriminé a préparé son plaidoyer, arguant du fait que leur volonté première, unique était d’interpeller les citoyens sur la maîtrise de l’énergie. On évoque l’ADEME là-dessus et on finit avec ça :  

La violence, ce besoin naturel de l'Homme.

            D’aucun diront que la boîte de sardines, ouverte, et le gobelet, couché, ont remplacé le symbole phallique… et que la banane a cédé sa place à la pomme du péché originel… Mouais. En attendant, l’une comme l’autre rappellent une volonté de se débarrasser d’un corps. Un peu glauque.

            Et puisque nous sommes dans le glauque, dans la pub, en Lorraine, voici la malheureuse publicité qui fait écho, sans le vouloir, à l’actualité.

 

La violence, ce besoin naturel de l'Homme.

            Au lendemain des décapitations de James Foley et Steven Sotloff, cette campagne de communication visuelle de rentrée scolaire du Conseil Régional de  tombe franchement mal. Preuve en est, elle a été odieusement détournée par des groupuscules politiques extrémistes. On pourra dire, cette fois-ci que c’est un malheureux concours de circonstances. Que ce ne sera pas le premier, ni le dernier.

            Et si ces administrations se décidaient à troquer leur boucher-charcutier contre un vrai publicitaire ? 

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilou - dans Humeur
commenter cet article

commentaires

Qui Suis-Je?

  • : ... Lilou!
  • ... Lilou!
  • : "Toute ressemblance avec des faits et des personnages actuels ou ayant existé serait purement fortuite et ne pourrait être que le fruit d'une pure coincidence..."
  • Contact

Recherche

Dernières Nouvelles...

Pages

Liens