Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2014 2 02 /09 /septembre /2014 23:29

 

            En vadrouille chez Ikea avec la ferme intention de trouver un petit placard pour y mettre ses dernières paires de chaussures, Maya s’arrête net devant un meuble blanc, dont la porte vitrée correspond parfaitement à ce qu’elle cherche. Sa mère et sa tante Marie-Jo sont sceptiques : il semble lourd et le charger dans la voiture ne sera pas une chose aisée. On aurait dû venir avec un homme. C’est mal connaître la fille de l’une, la nièce de l’autre.

 

            Première étape : charger le chariot (déjà bien lourd).

            Niveau : débutante.

            Qualité requise : tactile.

            Rôle : la femme désespérée.

            Le regard de la jeune femme balaie rapidement le show-room, s’arrête sur un monsieur en chemise verte. Et non jaune et bleue. Celui qui porte la jaune et bleue semble à peine pubère – probablement un stagiaire, un BTS en alternance, incapable de prendre des libertés dans son travail. Inintéressant.

            Elle choisit donc une chemise verte. Elle pose sa main sur le bras d’un quadra occupé à mesurer une commode :

  • Excusez-moi, je souhaiterais acheter ce meuble, là, vous voyez ? Il a l’air assez lourd, j’ai l’impression. Mmm… Vous pensez que quelqu’un pourrait m’aider à le charger sur le chariot ?

            L’homme est un client, elle le sait. Mais il l’a suivie, de quelques pas, laissant sa commode pour jauger le meuble de Maya. Il ne doit pas être si lourd. Ca devrait aller. Mais, vous savez, je ne suis pas du magasin. Oh, y'a pas de mal! Allez, ça va prendre deux minutes, je vais vous aider.

            Et c’est ainsi que sous le regard médusé de sa mère et sa tante, la Chemise verte a interpellé un client dans l’allée, pour aider la p'tite dame - la seule situation dans laquelle Maya tolère d'être une "p’tite dame". Et en un instant la bête était sur le chariot. Avec un sourire satisfait, Maya règle son achat et les trois femmes filent sur le parking.

 

            Deuxième étape : charger la voiture.

            Niveau : expert.

            Qualité requise : la rapidité.

            Rôle : l’ingénue.

            Les sièges de la voiture sont rabattus sur tout le côté droit. Maya n’a pas réussi à le faire parfaitement avec le siège avant – nouvelle acquisition oblige. Il faut faire vite.

            Maya bloque le chariot d’un pied et guette les clients. Ca y est, le voilà. Sans crier gare, elle demande à sa tante de prendre le bout tandis qu’elle tire le dessus à elle. Marie-Jo, surprise, a peur de le lâcher et crie. Mais... il est trop lourd! Attends!!! Sans le savoir, elle est parfaite dans son rôle.

            Il a fallu faire vite : un quinqua en famille, encore tout bronzé, arrivait à leur hauteur. Maya l’a regardé, a fait une grimace, penché son épaule pour souligner l’effort et enlevé son pied pour que le chariot s’en aille. Marie-Jo a paniqué. Retiens le chariot!

            Et voilà : quand la mère de Maya les a rejointes avec d’autres courses, elle est tombée nez-à-nez avec un grand blond qui se battait avec le siège avant dont Maya aurait dû enlever l’appuie-tête pour simplifier les manœuvres.

            La femme de Superman, attendait avec un sourire entendu : entre femmes, on ne se la fait pas. Pas de scrupules pour autant : l’innocente, la candide, la naïve Maya brille de mille feux sur les planches.

           

            Dernière étape : bienvenue à la maison.

            Niveau : avancé.

            Qualité requise : subtile.

            Rôle : la pote.

            Maya a invité les filles au café. Pourtant, ce n’était pas gagné : elles n’ont pas compris qu’on puisse perdre son temps avec tout ce qui restait à décharger. Elle guette l’heure : à 18 heures, elles sont de retour à la maison. La mère de Maya a vite compris la dernière manœuvre : c’est la sortie de l’entraînement de tennis des séniors qui passent obligatoirement devant chez elle. Elle fait mine d’aller relever le courrier au portail.  

            Ils sont deux. On échange sur la rentrée. Maya leur propose de venir prendre une bière. Avec passage obligé, sans mot dire, devant la voiture garée dans son allée, le coffre ouvert… 

 

            La mère de Maya, le soir, sourit en pensant à sa fille. Décidément, on aurait bien du mal à se passer des hommes! Maya s’insurge : ces mots ruinent des siècles de combats féministes. Maya n’abuse, ni ne ridiculise la gent masculine. Tout cela n’est qu’un échange de bons procédés : la force de Monsieur sert Madame, le bagou de Madame flatte Monsieur. C'est l'heure du partage de tout par Elle et Lui, écrivait Élisabeth Badinter. Et c’est bien ainsi.

                       

 

C'est faible, un homme. (au moins) autant qu'une femme.

Partager cet article

Repost 0
Published by Lilou - dans Expérience
commenter cet article

commentaires

Qui Suis-Je?

  • : ... Lilou!
  • ... Lilou!
  • : "Toute ressemblance avec des faits et des personnages actuels ou ayant existé serait purement fortuite et ne pourrait être que le fruit d'une pure coincidence..."
  • Contact

Recherche

Dernières Nouvelles...

Pages

Liens